Catégories

Recherche avancée

Prix

20 - 891 €

Couleur

Fabricant

Capacité

Aucun choix disponible pour ce groupe

Processeur

Aucun choix disponible pour ce groupe

Hauteur

Aucun choix disponible pour ce groupe

Largeur

Aucun choix disponible pour ce groupe

Flux RSS

Aucun flux RSS ajouté

Fournisseurs

Aucun fournisseur

La biologie cellulaire et moléculaire

Les traités scientifiques de Biologie cellulaire moléculaire humaine tendent à mettre en évidence – selon les auteurs – que, à la base du fonctionnement correct des organes, les cellules qui composent ces derniers peuvent produire en continu une augmentation de l'ordre biologique avant tout autre fonctionnalité.

La cellule prélève du milieu extérieur un matériau brut constitué d'une matière d'énergie désordonnée afin de produire une matière complexe, c'est-à-dire une matière dotée d'une énergie ordonnée.
Ainsi la cellule mange, croît, fonctionne, se multiplie et tout ceci augmente son propre ordre biologique, malgré le milieu extérieur, dans lequel elle rejette ses propres déchets, même sous forme de chaleur, la dispersant, c'est-à-dire l'éloignant du désordre.

La perte de l'équilibre

La fonctionnalité de la cellule organique est correcte quand celle-ci est capable de maintenir un équilibre d'échange énergétique, même face à un changement quelconque des conditions du milieu intra et extracellulaire.
Au contraire, son incapacité d'adaptation aux conditions du milieu extérieur ou de compensation intérieure, détermine un dysfonctionnement.
Si la masse et la qualité de la matière dont elle a besoin ne parviennent pas à la cellule, ou s'il ne lui est pas possible de rejeter les déchets métaboliques et la chaleur de dissipation dans le milieu extérieur, l'ordre intérieur de la cellule se dégrade.

A ce stade, le système entre en crise et un état de stress énergétique survient.

La substance la plus abondante de notre corps est l'eau qui représente 70 % du poids cellulaire. La majeure partie des réactions intracellulaires a lieu dans un milieu aqueux comme la majeure partie des substances présentes dans le milieu extracellulaire est hydratée. Cela dit, il est évident que l'hydratation totale corporelle et le rapport posé entre les milieux intérieur et extérieur des cellules, est de première importance. Aussi l'état d'hydratation peut entrer en crise et apparaît alors l'état de stress qui pèse lourdement sur le stress énergétique.

En détail :

Aussi bien le milieu intérieur à la cellule (intracellulaire) que celui extérieur (extracellulaire) sont composés d'une solution aqueuse concentrée de composés chimiques. La qualité et la quantité de tels composés sont très différents entre les deux milieux. Cela étant dit, il existe une motivation essentielle pour laquelle la cellule est dotée d'une membrane qui la sépare du milieu où elle se situe.

Tous les organes vivants ont été conçus autour des propriétés spéciales de l'eau, comme sa polarité, sa capacité de former une liaison hydrogène et sa haute tension superficielle.
L'eau est donc le véhicule principal à travers lequel la matière se manifeste pour transiter du milieu extracellulaire vers l'intracellulaire et vice-versa. Le rôle fondamental de la membrane cellulaire consiste, à ce point, à permettre le transit seulement à certaines molécules d'eau caractérisées par des liaisons particulières.

Seules les molécules qui présentent ces caractéristiques peuvent être utiles à la cellule.
Dans le milieu extracellulaire, toutes les molécules d'eau ne sont pas capables d'être utilisées immédiatement par la cellule, c'est pourquoi pour les rendre aptes, il sera nécessaire de rompre certaines liaisons relâchant beaucoup d'énergie.

Les cellules, en fait, obéissent aux lois de la physique et de la chimie. Les règles de conversion d'une énergie à une autre s'appliquent à une cellule de la même façon qu'à une machine à vapeur.

Cette consommation d'énergie amène ensuite tout le système d'une phase d'équilibre à une phase de déséquilibre.
Par expérience, on sait que les choses laissées à elles-mêmes deviennent à la fin désordonnées : les constructions s'écroulent, les organismes morts s'oxydent et ainsi de suite.

Une telle tendance est expliquée par la seconde loi de la thermodynamique qui dit : le degré de désordre dans l'univers ne peut seulement qu'augmenter. Il est curieux de constater que les organismes vivants gardent, à chaque niveau, un degré d'ordre très élevé et, alors qu'ils se nourrissent, se développent et croissent, ils semblent créer cet ordre en utilisant un matériau brut qu'ils n'ont pas. Le cycle vital est ensuite repris en une succession continue de phases d'équilibres et de déséquilibres, avec l'inévitable consommation d'énergie que comporte ce passage.

Même une cellule qui ne croît pas exige des processus constants qui créent un ordre pour survivre. Ceci parce que toutes leurs structures organisées sont sujettes à des incidents spontanés et doivent être constamment réparées.

Etonnamment, cela est possible car la cellule prélève du combustible du milieu et y relâche de la chaleur comme déchet.
Depuis longtemps on connaît les aspects du comportement cellulaire, peu divulgués mais pas pour autant de moindre importance, qui sont à la base de sa vitalité.

Les comportements et fonctions communes à toutes les espèces cellulaires déterminent plus ou moins le fonctionnement du monde intracellulaire complexe, des synergies nécessaires complexes et très délicates. Ainsi nous savons qu'en tête des fonctions essentielles, les membranes cellulaires à double couche phospholipidique sont capables, grâce à leur dotation structurelle de réaliser une perméabilité sélective.

Elles déterminent ainsi ce qui ne doit pas transiter pour ou par la cellule, en d'autres termes, elles réalisent la séparation fonctionnelle et organique des deux milieux très différents l'un de l'autre pour la qualité et la quantité de leur composition. Quant à la capacité cellulaire à développer ses propres fonctions, c'est aux membranes et à leur comportement en termes d'efficacité et de rapidité que dépend la qualité de l'équilibre métabolique cellulaire.
Ainsi la cellule, grâce à son action anabolisante et catabolique, métabolise, synthétise les molécules complexes, détruit pour recomposer différemment des organismes complexes d'entité particulière, etc. ...

Comme il a déjà été dit, pour vivre dans un mode équilibré et fonctionnel, la cellule fabrique à partir du milieu extérieur l'énergie dont elle a besoin et rejette celle dont elle n'a plus besoin ou qui empêche sa croissance ordonnée. Un tel rejet est de toutes façons une énergie même si elle est sous forme de chaleur.

La recherche de l'équilibre

Seule l'introduction de micro énergies non dotées de masse - énergie quanta - peut ramener à une phase d'équilibre.

Energie Quanta : C'est la quantité indivisible d'énergie électromagnétique ou photonique qui rend disponible l'énergie libre.

La source d'énergie Nexus possède la capacité d'émettre des émissions quantiques dans l'ordre physiologique humain. La matière reproduit une micro énergie grâce aux matériaux spécifiques avec lesquels elle est faite.

En détail :

Si en mode quali-quantitatif correct, la masse des matériaux dont elle a besoin ne parvient pas à la cellule, ou quand il ne lui est pas possible de rejeter dans le milieu extérieur les déchets métaboliques et la chaleur de dispersion, l'ordre interne de la cellule se dégrade, n'augmente pas et de ce fait des chaînes comportementales et dysfonctionnelles surviennent. Ces dysfonctions ne peuvent pas toujours être compensées par des actions intelligentes de compensation.

Le système perd ainsi son équilibre et seule, l'introduction de micro-énergies non dotées de masse que le système peut utiliser au niveau subatomique et submoléculaire, peut le rééquilibrer. On parle donc d'énergie libre ou photonique, c'est-à-dire de cette énergie produite sans un apport de masse.

En effet, une façon de redonner l'équilibre à un système stressé est de le stimuler, donc de fournir au système qui se trouve en excès ou en défaut d'énergie une émission photonique, capable de redonner au système l'opportunité de rééquilibre quantique. La condition adéquate est celle d'émettre des photons avec des fréquences biocompatibles, c'est à dire en résonance avec le système. Sinon, le système ne peut en profiter ou, pire encore, peut en être perturbé.

Le retour à l'équilibre

La source d'énergie Nexus possède la caractéristique de redonner à l'organisme de l'énergie dont il a besoin, car elle a la capacité d'émettre une émission photonique dans l'ordre physiologique humain.
La source d'énergie Nexus en effet redonne à la matière une micro énergie, grâce aux matériaux spécifiques qu'elle contient.

En détail :

La capacité de la source d'énergie Nexus à redonner de l'énergie à l'organisme est imputable aux matériaux spécifiques qui la composent : platine, titane, aluminium.
En pratique, et pour répondre à cette demande, nous nous référons à deux séries de données :

  • celles fournies par le fabricant garantissant des émissions photoniques et se référant aux analyses conduites dans des laboratoires d'électrophysique ;
  • celles se référant à une importante série d'analyses grâce à des informations de mesures d'impédance et à des tests d'ionorésonance.

 

Comme exemple, nous relatons le cas d'analyses conduites sur des individus (sportifs ou non, porteurs de maladie ou non) habillés de vêtements classiques, puis successivement de vêtements contenant la fibre Nexus. Ces dernières analyses ont mis en évidence des modifications significatives bioélectriques organiques.

Le processus des analyses prévoyait d'ailleurs le monitoring de l'activité transmembranaire des substances polarisées en mouvement par et pour les milieux cellulaires, pendant la période où l'individu porte le tissu Nexus. La validation d'un tel monitoring a montré de façon significative ces activités de passage transmembranaire, de façon différenciée d'un sujet à l'autre. Il est précisé que les susdites analyses ont été effectuées en utilisant également des tissus ne contenant pas la fibre de fabrication identique, afin de vérifier l'incidence des facteurs d'erreur dus à des éléments non imputables à la présence de la fibre (émotivité, comportement des sujets, etc. ...)
L'emploi d'une telle méthode analytique a permis ainsi de noter que la matière organique :

  • absorbe l'énergie photonique irradiée si elle est en état de stress par manque d'énergie quantique ;
  • cède à l'énergie photonique irradiée l'excès d'énergie qu'elle possède si elle est en état de stress par excès d'énergie quantique ;
  • assume un comportement neutre si son état énergétique est en équilibre d'énergie quantique.

 

Ces explications fournissent les bases pour comprendre quels sont les mécanismes d'actions, physiques et électrochimiques, capables d'engendrer sur l'organisme humain les changements physiologiques dus à l'utilisation pratique de la source d'énergie Nexus.


  • 100% sécurisé 100% sécurisé Les paiements sont 100% sécurisés
  • Services et garanties Services et garanties Produits conformes et certifiés made in France
  • Expédition rapide Expédition rapide Traitement des commandes sous 24/48h.
    Frais de port offert à partir de 35€ d'achat.
Remonter